Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
a l'écoute des livres

a l'écoute des livres

blog de l'émission littéraire A L' ECOUTE DES LIVRES diffusée sur Radio Massabielle

Le livre dujour : ELOGE DU COCU

 
 
  On dit parfois que lorsque l'auteur d'une pièce de boulevard sent qu'une réplique n'est pas très drôle, il s'arrange pour lui ajouter le mot "cocu", ce qui fait immédiatement rire.
 Les hommes trompés ont souvent été brocardés. On se moque du fait qu'ils soient les derniers prévenus ou que leurs cornes les empêchent de passer les portes.
 Avec ELOGE DU COCU, Alain Paucard réhabilite cette espèce heureusement pas en voie de disparition.
 D'abord, n'est pas cocu qui veut. Ainsi, Sacha Guitry écrivait  : nous ne devons épouser que de jolies femmes si l'on veut qu'un jour quelqu'un nous en délivre.
 Anatole France, quant à lui, confia : ma femme est trop laide pour qu'on me cocufie.
 Un anonyme, tropmpé, aurait dit à celui qui le cocufiait : mais pourquoi couchez vous avec elle alors que vous, vous n'y êtes pas obligé ?
 Il existe plusieurs types de cocus parmi lesquels le militant, également appelé candauliste, qui prend son plaisir en voyant sa femme prendre le sien avec un tiers. Les annonces de candaulistes fleurissent sur internet.
 
 Il y a aussi le cocufieur cocufié par un autre larron. Ainsi, dans la chanson "A l'ombre des maris" Brassens se met à la place de l'un d'entre-eux :
Et je reste, et parfois, quand cette pimbêche,
S'attarde en compagnie de son nouvel amant
Que la nurse est sortie, le mari à la pêche
C'est moi pauvre de moi qui garde les enfants.
 
 l y a bien d'autre variétés de cocus analysés par Alain Paucard parmi lesquelles le fataliste, le prédestiné, le mystique, l'aveugle et, cerise sur le gâteau, le jaloux qui fournit les plus gros bataillons.
Mais, en conclusion de la présentation de cet indispensable éloge, on peut se demander pourquoi on parle beaucoup plus souvent du cocu homme que de la femme trompée.
 Eh bien Jules Renard a donné la réponse en écrivant : cocu, chose étrange que ce petit mot n'ait pas de féminin.
ELOGE DU COCU d' Alain Paucard éditions Xenia 100 pages 10 €
 Retrouvez A L' ECOUTE DES LIVRES chaque mercredi à 18h30 sur Radio Massabielle (97.8 Mhz et 101.8 Mhz)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article